20 août 2010

Chroniques terriennes de l'E-henne

Tiens, me revoilà! Et presque entière, en plus. Il faut dire que ça laisse des traces, le passage dans le vortex spatio-temporel situé entre l'oisiveté la plus confortable et la vaste prairie où paît le Mammouth.

Eh oui, j'ai repris la lente migration sur mon pachyderme laineux, au rythme des tambours que frappent frénétiquement les membres d'une tribu aux mœurs étranges, les Ipéhennes. J'ai rejoint mes frères et surtout mes sœurs de labeur, et nous suivons sans hâte le chemin tracé par le chef de notre horde, Mhin'ystre.Il change souvent, dès que le Mammouth se prend les pattes dans une ornière, qu'il s'égare dans un marigot ou quand il lui fait accélérer le pas sans tenir compte de ses barrissements. La horde ne lui donne plus que son titre une fois qu'il a pris le commandement, c'est la tradition. Son nom rejoint celui de ses nombreux prédécesseurs, dont seuls les vieux sages du groupe se souviennent.

Le plus dur a été de s'habituer à nouveau à la vie dans l'E-henne. C'est le nom du territoire du Mammouth, qui s'étend à perte de vue. On y trouve des ronciers, aussi appelés Seguepä, où beaucoup des membres de la horde ont subi les épreuves, passage obligé pour chevaucher le Mammouth. D'autres ont dû nager pendant des lunes et des lunes dans les marigots des Hzepps, et seuls les plus forts ont survécu. Et encore, c'est grâce aux herbes bienfaisantes de nos druides, la P'rö-zach et la Papaver, que l'on cueille les soirs de pleine lune dans la vallée mystérieuse de l'Assékü.

C'est la tribu Ipéhenne, avec leurs cousins les Ipéherres, qui sont les vrais chefs. Nous, les simples guerriers, on ne comprend pas tout, mais on sait qu'il y a des chefs qui sont plus chefs que les autres. Comme nous sommes une tribu ancienne, à mesure que les lunes ont passé, les vieux chefs sont devenus des super-chefs, les petits chefs se sont multipliés, les naissances de sous-chefs ont dépassé toutes les prédictions. Evidemment, dès qu'un Mhin'ystre arrive pour désembourber le Mammouth, il veut changer tout ça, mais il ne fait que remplacer les super-chefs par les petits-chefs, ou bien il en trouve d'autres parmi les guerriers. En général, ce sont ceux qui crient le plus fort, juste derrière l'oreille de notre pachyderme, là où sont les places les plus confortables.

Evidemment, nous autres qui faisons avancer péniblement le Mammouth, nous faisons le dos rond, sinon un des petits-chefs peut décider de nous faire subir à nouveau les épreuves d'accession à la horde dont j'ai déjà parlé. Deux ou trois groupes de guerriers qui s'ennuient plus que les autres essaient de temps en temps de les menacer de leurs sagaies, le Mammouth s'arrête pour brouter un peu le temps des palabres, mais rien ne change.

J'ai donc retrouvé mon terrain de chasse, ou pour être plus honnête, je suis retournée tresser les poils du Mammouth.

Posté par Pimali à 12:33 - Commentaires [11] - Permalien [#]


Commentaires sur Chroniques terriennes de l'E-henne

    bonne nouvelle

    Par hasard, je vais faire un tour sur le blog Quand c'est noir ... et voilà-t-il pas que je découvre un nouveau blog et en plus d'une consoeur !
    Quelle super nouvelle alors que la rentrée prochaine plombait un peu le moral. J'ai bien ri avec le premier billet et j'attends avec impatience les suivants ...

    Une guerrière de maternelle dès jeudi 2/9

    Posté par Catherine, 24 août 2010 à 23:00 | | Répondre
  • Welcome back

    Je suivais le blog précédent, et l'avait ajouté dans mon "Google Reader". De ce fait, quelle ne fut pas ma surprise de voir un petit (1) à côté de Pimali.

    Je suivais le blog précédent tout d'abord pour mon intérêt pour la Nouvelle-Zélande, et je le lisais avec plaisir pour son ton parfois mordant et son humour.

    Comment vont Pi, Ma et Li ?

    Posté par Johanna, 31 août 2010 à 11:05 | | Répondre
  • Super, grande nouvelle! Pimali est de retour!
    Alors, la reprise de contact avec le mammouth, comment s'est-elle passée, après ces longues semaines où les guerriersse retrouvent désoeuvrés en raison de la migration saisonnière du mammouth?
    On attend des nouvelles fraiches...

    Posté par Fraisepêche, 10 septembre 2010 à 01:55 | | Répondre
  • Très très heureuse de te lire ici!

    Posté par Pascale, 30 septembre 2010 à 00:37 | | Répondre
  • Réservé aux initiés?

    Moi aussi je te retrouve avec plaisir Pimali, mais je ne fais pas partie de la horde et je n'ai pas trouvé de qu'étaient tes "ronciers, aussi appelés Seguepä" ... Peux-tu traduire?

    Posté par belette, 01 octobre 2010 à 14:28 | | Répondre
  • Enfin de retour !

    Posté par Laurence, 19 octobre 2010 à 21:54 | | Répondre
  • Hello Pimali
    Quel plaisir de voir que tu est de retour sur la toile ... je suis repassée par hasard sur Quand c'est noir où j'ai appris la bonne nouvellle. J'attends avec impatience de te lire à nouveau !!!!! Après les kiwis, les mamouths )

    Posté par Alex, 03 novembre 2010 à 16:38 | | Répondre
  • Salut Pimali, "on" se demande ce que tu deviens...

    http://www.marmiton.org/communaute/forum-fil.aspx?ThemeId=9&ThreadId=129647

    A bientôt ??

    Posté par Pascale, 20 août 2011 à 09:44 | | Répondre
  • La suite ! , la suite !, la suite !

    Mais ! c'était un très bon début ! pourquoi n'as-tu pas continué ? Ce premier article me fait déjà rire...oui, rire...il vaut mieux en rire , non ?

    Posté par vivement, 08 mars 2012 à 13:17 | | Répondre
  • ce un poste fantastique!

    Posté par chaussures supra, 16 avril 2013 à 09:28 | | Répondre
  • nice post and beautiful beads for you

    Posté par acrylic colorful, 13 juin 2013 à 07:41 | | Répondre
Nouveau commentaire